Jeudi 19 septembre 2019

Destruction du 5000ème projectile à Poelkapelle

Après l'inauguration officielle le 19 avril 2017 et la mise en service de la nouvelle chambre de détonation le 26 avril 2017, le 5000ème projectile sera détruit le 14 août 2019. Cela diminue le stock accumulé entre l’arrêt de l’ancienne installation de démantèlement en août 2012 et l'ouverture de la nouvelle chambre de détonation en avril 2017.

Entre 1998 et 2012, des projectiles à charge liquide toxique ont été démantelés dans le bâtiment de démantèlement (OMG). En août 2012, toutefois, une explosion a rendu l'installation inutilisable de manière permanente. La Défense a donc été contrainte de stocker les projectiles liquides toxiques à partir de ce moment-là à Poelkapelle.

En 2014, il a été décidé d'acheter une nouvelle installation. Le choix s'est porté sur la Chambre de détonation statique de l’entreprise germano-suédoise DYNASAFE. L'installation a été spécialement conçue pour les besoins du SEDEE et est donc unique au monde. Elle a principalement été acquise pour la destruction de tous types de munitions toxiques de manière sûre, respectueuse de l’environnement et responsable. Trois ans plus tard, en avril 2017, elle était officiellement prête à détruire des munitions toxiques.

Le chambre de détonation statique

5000 projectiles (armes chimiques) contenant un agent toxique liquide (comprenant du gaz moutarde et du phosgène) ont été détruits. Ces projectiles étaient d'origine allemande, française et britannique.

Cependant, cela ne signifie pas que de tels projectiles ne seront plus traités. Chaque année, environ 9 000 projectiles sont collectés par le SEDEE dans le Westhoek, dont environ 10% contiennent une charge toxique liquide.

Que faire si vous trouvez de vieilles munitions

Ne touchez jamais les munitions! Restez calme et ne bougez rien. Appelez immédiatement le numéro 101 et informez directement la police. Donnez-leur des informations aussi détaillées que possible sur le nombre, les dimensions et l'emplacement. Le SEDEE n'intervient qu'à la demande de la police pour nettoyer ou détruire les munitions.

Source : mil.be